Espace de discussion dédié aux femmes qui aiment les femmes dans la montagne, dans la campagne! Mais aux autres aussi !

Archives de novembre, 2011

Je suis une fée-ministe…


Pour rendre à Cléopâtre ce qui appartient à Cléopâtre, ce slogan est issu du bouquin : « 40 ans de slogans féministes » par  : Corinne App, Anne-Marie Faure-Fraisse, Béatrice Fraenkel, Lydie Rauzier

Présenté à la librairie des Ombres Blanches à Toulouse le 24 novembre dernier à   l’initiative de Bagdameditions Ixe … soirée sympa suivie par 4 Hadas  ! merci Bagdam !

 40 ans de slogans féministes
« Pour tenir sur une durée de 40 ans et au-delà, il faut du souffle. Un grand souffle rageur et joyeux d’être collectif, que l’on sent vibrer dans les slogans et les photos ici rassemblés, manif après manif. En filigrane, le livre dessine l’histoire de cette mobilisation de longue haleine, avec ses temps forts, ses moments creux, ses raisons d’être et ses exigences. »
Novembre 2011 – 18.00 € – 244 p. Editions Ixe
Publicités

Autorité homoparentale


Cela semble si simple non ? 

Une femme pourra exercer l’autorité parentale sur les enfants de sa compagne

BAYONNE (Pyrénées-Atlantiques), 2 nov 2011 (AFP) – Une juge de Bayonne a
accordé à une femme pacsée avec une autre l’autorité parentale conjointe sur
les jumelles mises au monde par cette dernière, ce qui constitue un revirement
de jurisprudence, selon leur avocate.
Le 26 octobre, cette juge aux affaires familiales a fait droit à la demande
de Cécile J. et Marie-Catherine D., pacsées depuis septembre 2009, de voir Mme
D. obtenir l’autorité parentale conjointe sur les jumelles mises au monde par
Mme J. en février 2010 et reconnues par leur seule mère.
La juge remarque « les attestations multiples » faisant état « d’un couple
uni, bien intégré dans leur milieu familial et social, et dont les qualités
éducatives et affectives à l’égard des deux enfants sont reconnues ».
La magistrate estime « qu’il est de l’intérêt des deux mineures que les deux
adultes présents au foyer partagent cette autorité parentale, et que celle-ci
étant exercée déjà de fait conjointement, cette situation soit juridiquement
consacrée ».
Le parquet a un mois pour faire appel du jugement. Mais à l’audience, il ne
s’était pas opposé à la demande du couple.
Si la décision devient définitive, il s’agira d’un revirement de
jurisprudence, a expliqué à l’AFP Me Colette Capdevielle.
En effet, l’article 377 du code civil prévoit actuellement la possibilité
d’une délégation d’autorité parentale à un tiers seulement « lorsque les
circonstances l’exigent ».
Or la Cour de cassation a rejeté le 8 juillet 2010 une demande similaire
d’un couple de femmes pacsées, estimant qu’elles ne démontraient pas de
« circonstances particulières » à l’appui de leur demande. Un autre couple de
femmes, séparées, avait en revanche obtenu gain de cause en 2009, cette
séparation apparaissant justement comme la « circonstance » requise.
« La jurisprudence est faite pour évoluer en fonction de la société et des
débats qui l’agitent », a estimé Me Capdevielle.
L’avocate a considéré que « derrière ce mot de +circonstances+ on peut
mettre ce qu’on veut », et que « le texte de loi est suffisamment ouvert pour
laisser au juge du fond toute liberté d’appréciation ». Elle a néanmoins suggéré
une réécriture de l’article 377 « pour éviter des conflits de jurisprudence ».
od/dsa/df

A voir aussi :

http://www.youtube.com/watch?v=ab5NK64Qh-Q

http://www.liberation.fr/depeches/01012369282-homosexualite-une-juge-renverse-la-jurisprudence-sur-l-autorite-parentale